Le benchmarking : pourquoi et comment faire ?

Le benchmarking : pourquoi et comment faire ?

Dans l’univers de la gestion d’entreprise, qu’elle soit financière, administrative, logistique ou autre… l’un des principaux soucis du manager est de mettre en place la politique et la stratégie de gestion la plus efficace, permettant ainsi à l’entreprise d’être plus performante et d’atteindre ses objectifs. Pour ce faire, l’entreprise peut s’inspirer des pratiques de celles qui se sont illustrées par leur performance dans le domaine. Cette technique est appelée « benchmarking ». Les grandes écoles de commerce comme l’école isee par exemple, enseignent à leurs étudiants cet art de réaliser des benchmarks, ainsi les étudiants à la sortie de leurs études sont capables de mettre en place des stratégies en fonctions du benchmarking qu’ils auront au préalable réalisés.

Les intérêts du benchmarking

benchmarking.jpg

En effet, étant un secteur très concurrentiel ou la performance est le maitre mot,  rien n’interdit à une entreprise d’analyser et de mettre à profit les pratiques des meilleures entreprises.
Dans ses principes, cette technique repose sur une étude et une mise en pratique relativement longue des méthodes inspirées des autres entreprises.  
Le benchmarking présente plusieurs intérêts pour l’entreprise. En matière de management, cette technique permet d’instaurer une démarche qualitative au sein de l’organisation : des résultats plus optimaux pour moins d’efforts.
Le benchmarking permet aussi de réduire considérablement les coûts, notamment le montant des investissements : l’analyse des pratiques des entreprises les plus performantes permet au manager de définir la meilleure pratique à adopter par l’organisation. Ce faisant, il sera plus facile de juger si un investissement est réellement nécessaire ou s’il est possible de passer par une autre alternative.

Les différents types de benchmarking

differents-types-de-benchmarking.jpg

En entreprise, il existe généralement quatre types de benchmarking, à savoir :
Le benchmarking interne : il s’agit ici de prendre exemple sur les pratiques au sein des différentes entités de l’entreprise (département, service, section etc…) et de développer un esprit de compétition positif entre ces entités.
Le benchmarking compétitif : contrairement à la technique appliquée à l’interne, il s’agit ici de s’inspirer des pratiques de la concurrence.
Le benchmarking fonctionnel : s’apparentant davantage à un échange stratégique d’idées, la comparaison ici se fait entre des entités similaires situées au sein d’entreprises qui ne sont pas en concurrence directe.
Le benchmarking générique : les points comparés ici sont plus larges et sont recueillis dans des entreprises œuvrant dans des secteurs différents.